Ecclesia orans

Periodica de Scientiis Liturgicis




La conception “typologique” du sacrement:
une définition d’Augustin à interpréter avec Chrysostome

Enrico Mazza

Abstract

Augustine knows a definition of sacramentum (aliud uidetur aliud intelligitur) identical to Chrysostom’s definition of mysterion: «ἕτερα ὁρῶμεν, καὶ ἕτερα πιστεύομεν». Here the word mysterion – referred to the actions of God in history and to baptism and eucharist too – means “mystery” in the proper sense of term because those realities have two levels: the first one available to the senses and the other one to the faith only. Consequently those realities are and remain mysterious. About the Augustine definition, at first I excluded the interpretation of the sacrament as “sign”, and then I accepted, for Augustine too, the Chrysostom’s interpretation of sacrament as “mystery”. Sacrament, in this augustinian definition, means mystery, i.e. mysterious. This structure of the reality of the sacrament is due to the “typology”: a kind of interpretation applied not to the Bible only, but to the liturgy too. The typological notion of sacrament is at the basis of both definitions: that one of Chrysostom as well as the Augustine’s definition.
Résumé

Augustin offre une définition du sacrement identique à la définition de mysterion fournie par Jean Chrysostome: ἕτερα ὁρῶμεν, καὶ ἕτερα πιστεύομεν. Ici le terme “mystère” – dont le référent est constitué par les actions de Dieu dans l’histoire, par le baptême et par l’eucharistie – signifie “mystère” au sens propre du mot car la réalité a deux niveaux: le premier peut être perçu par les sens et l’autre par la foi seulement. Par conséquent, et pour cause, ces réalités restent mystérieuses. En étudiant la définition d’Augustin, j’ai d’abord exclu l’interprétation du sacrement comme ‘signe’, et j’ai accepté pour Augustin aussi, l’interprétation chrysostomienne du sacrement comme ‘mystère’. Dans la définition d’Augustin, sacrement signifie mystère, c’est-à-dire une réalité mystérieuse. Cette structure de la réalité du sacrement, à deux niveaux, est due à la typologie: un type d’interprétation qui a été utilisé non seulement pour l’interprétation de la Bible, mais aussi pour la liturgie. La conception typologique du sacrement est à la base des deux définitions: celle de Chrysostome et celle d’Augustin.