Ecclesia orans

Periodica de Scientiis Liturgicis




Les sacrements,
des “ formes architectoniques ” de la foi.
Une contribution bakhtinienne

Ângelo Cardita

Abstract

This study proposes a theological appropriation, in the field of sacramental theology, of the way in which Mikhaïl Bakhtin (1895-1975) considers the aesthetic form in his paper of 1924: “The Problem of Content, Material, and Form in Verbal Art”. Such an appropriation founds itself not only on the possibility of a comprehensive analogy originating from the aesthetic dimension of the sacraments between the artistic and the ritual forms, but also on the emergence of a theological questioning about the form of the sacraments as a heuristic and inclusive category. The study progresses in two steps: in first place, it offers a summary of Bakhtin’s proposal of aesthetic analysis, cautiously leading to the Christian sacramental universe. In second place, it continues with a rereading of the sacrament as “architectonic form” of faith, according to Bakhtin’s idea of the aesthetic form as the achievement of theoretical contents as well as of ethical acts, which are experienced by themselves in a fragmented way.
Résumé

Dans cet article, on propose une appropriation théologique, dans le domaine de la théologie sacramentelle, de la façon dont Mikhaïl Bakhtine (1895-1975) conçoit la forme esthétique dans son écrit de 1924 : “ Le problème du contenu, du matériau et de la forme dans l’œuvre littéraire ”. Une telle appropriation s’appuie non seulement sur la possibilité d’une analogie compréhensive à partir de la dimension esthétique des sacrements entre la forme artistique et la forme rituelle, mais aussi sur l’émergence de l’interrogation théologique autour de la forme des sacrements en tant que catégorie heuristique et englobante. L’article se développe en deux temps : en premier lieu, on fait un ré- sumé de la proposition bakhtinienne de l’analyse esthétique, ouvrant discrètement vers l’univers sacramentel chrétien, pour poursuivre, en deuxième lieu, avec une relecture du sacrement comme “ forme architectonique ” de la foi, selon l’idée bakhtinienne de la forme esthétique en tant qu’achèvement de contenus théoriques et d’actes éthiques vécus en eux-mêmes de façon fragmentée.